Sport

Alpine la marque des champions automobiles

Lancée en 1955, Alpine est le fruit de l’imagination du jeune concessionnaire de Dieppe Jean Rédélé.Elle fut créée pour récompenser ses nombreuses victoires en course automobile et elle n’a connu que du succès.

Histoire de la marque Alpine

Jean Rédélé a effectivement remporté plusieurs compétitions sur les routes sinueuses des Alpes à bord de sa Renault 4CV et c’est ce qui l’a poussé à la faire évoluer. Il a tout d’abord commencé par lui offrir une nouvelle carrosserie en aluminium, oui, une carrosserie avec des courbes arrondies conçues par le grand styliste italien Giovanni Michelotti.
Ensuite, il a continué à la décliner en différents modèles, dont une version appelée Alpine A 108 avec une carrosserie en fibre de verre et un moteur Dauphine Gordini. Après l’Alpine A 108 est sorti le modèle A 110. Celui-ci fut présenté au salon de Paris en 1962 et il a séduit les passionnés d’automobiles par son allure plus sportive, sa carrosserie en plastique et son frêle coupé dit « Berlinette ».

Alpine et Renault, une histoire qui dure

En 1965, Alpine s’associe à Renault et elle confie la commercialisation de ses bolides à celle-ci. C’est ce qui l’a permis de devenir la championne d’Europe des constructeurs automobiles en 1971 et aussi la première championne du monde des rallyes en 1973. Malheureusement, Jean Rédélé a décidé de quitter Renault en 1978 et la saga Alpine a pris fin.
En 2012, Carlos Tavares a présenté le prototype surnommé A110-50 sur le circuit du Grand Prix de F1 de Monaco. Cette voiture dispose d’un look sportif avec des projecteurs additionnels, une lunette arrière tridimensionnelle, des châssis tubulaires et une coque en carbone et elle a incité Renault à annoncer le retour en production de la nouvelle Alpine pour 2016.
En outre, Alpine a donc eu de belles années de gloire, mais il faut admettre que sa carrière fut trop courte.

Quid des salariés de l’usine de Dieppe ?

Par ailleurs, bien que l’usine de Dieppe restât toujours en activité après le départ d’Alpine, les salariés dieppois se souciaient de ce qu’ils les attendaient dans l’avenir. En fait, le site dieppois figurait dans la liste des usines menacées de fermeture en mai 2020 en raison de l’existence du projet de plan d’économies de 2 milliards d’euros pour le groupe Renault.
Mais finalement, le groupe a confirmé que l’usine Dieppe ne serait pas concernée par la suppression de 15 000 emplois dans le monde, dont 6 000 en France. Elle obtenait par contre un sursis de 3 ans et elle doit aussi s’apprêter à une éventuelle reconversion.

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply